De Docteur en Chimie à Scrum Master, une reconversion évidente ?

par Manel Ben Osman
Femmes dans la tech : un jour, un portrait

De formation ingénieure en chimie Industrielle, titulaire d’un Master de Recherche et Docteure en Physico-Chimie des Matériaux, diplômée de l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI), j’ai participé pendant plusieurs années à faire avancer la recherche à travers des projets R&D académiques et industriels pour des applications, notamment dans la fabrication de matériaux catalytiques et le stockage de l’énergie (batterie au lithium, pile à combustible, etc.). Jusqu’au moment où j’ai réalisé que la gestion de projets m’attirait plus qu’un métier purement « technique ».

 

La décision de m’orienter vers un métier de la tech ne m’est pas venue spontanément. Plusieurs membres de ma famille travaillaient dans le développement de logiciels informatiques en tant que développeurs, product owners ou managers. J’écoutais attentivement leurs échanges autour des pratiques et problématiques du secteur jusqu’au jour où l’agilité et en particulier le mot «  scrum » ont été évoqués. Ce sujet a attiré mon attention, et ma curiosité m’a poussée non seulement à dévorer toute source d’information disponible pour en apprendre plus sur les frameworks agiles et leurs principes, mais aussi à obtenir une certification professionnelle dans le scrum mastering. Au-delà de ma curiosité, je trouvais important de valoriser mes nouvelles compétences.

Grâce à la volonté des sociétés d’ingénierie logicielle d’être plus « agiles » dans les processus de gestion de projets et de s’adapter rapidement aux changements imprévus, l’occasion d’exercer le rôle de Scrum Master sur le terrain s’est rapidement présentée dans ce secteur. C’est ainsi que ma nouvelle aventure a démarré.

 

Découvrir d’autres horizons… en sortant de sa zone de confort

Pour devenir Scrum Master, j’ai dû accepter de sortir de ma zone de confort pour acquérir de nouvelles compétences. J’ai appris à aller vers l’autre, à mieux communiquer tout en gardant une attitude positive aussi bien qu’à être très patiente pour voir le résultat des changements mis en œuvre.

En effet, ce métier implique de travailler en interaction permanente avec les collaboratrices et les collaborateurs. Un Scrum Master interagit avec de nombreux·ses interlocuteur·rice·s à la fois, des expert·e·s techniques et métiers. Quand j’ai débuté, l’alignement avec ces différentes parties prenantes n’a pas toujours été une évidence, et il est crucial d’apprendre à les écouter, les observer, communiquer avec eux/elles régulièrement et analyser les situations avant d’agir.

Le métier de Scrum Master est axé sur la gestion des relations humaines. J’ai rencontré et j’ai dû faire face à des personnalités, expériences et attentes très différentes. Le vrai challenge est de trouver l’approche qui permettra de créer une bonne dynamique pour renforcer la cohésion de l’équipe et faire émerger l’intelligence collective, tout en favorisant le bien-être de chacun. 

Comme vous pouvez le constater, s’orienter vers un nouveau métier implique de sortir de sa zone de confort et est une belle preuve de courage, de ténacité et d’adaptabilité. J’en suis extrêmement fière.

 

Être bien entourée

Au début, le soutien et la bienveillance sont particulièrement importants. Mes collègues de 3DS OUTSCALE se rendaient disponibles pour apporter des éléments de réponse sur les produits et services, les technologies utilisées, les outils techniques dont disposent les équipes ainsi que les évolutions des processus organisationnels. Cette culture collaborative associée à une réactivité remarquable m’a aidée à trouver facilement mes repères et à être opérationnelle rapidement sur mon périmètre. De plus, 3DS OUTSCALE encourage la montée en compétence de ses collaborateur·rice·s notamment à travers les formations. L’entreprise m’a donné les moyens de progresser et de prendre de la hauteur.

 

Un jour dans la peau d’un Scrum Master

Tout d’abord, je dois avouer qu’une journée « typique » n’existe pas ! Le quotidien d’un Scrum Master est loin d’être monotone, chaque jour a ses « surprises » et ses défis à relever. Aussi, je tiens à préciser que la vision des responsabilités du Scrum Master dépend de la personnalité et du background de chaque personne, de la maturité de l’équipe et de l’organisation dans l’agilité. Alors, concrètement, quelles sont mes missions ?

Ma mission actuelle est d’aider dans un premier temps une équipe de développement à mettre en place le cadre de travail le plus adapté à son environnement : un cadre qui favorise l’inspection, l’adaptation, la transparence et l’excellence technique afin de maximiser l’efficacité de l’équipe et de l’amener dans un parcours d’amélioration continue.

Pour accomplir cette mission, j’accompagne l’équipe au quotidien en m’assurant que le workflow et les process définis en amont sont bien fluides et que les objectifs à atteindre pour nos releases de produits sont bien compris par les développeurs et les parties prenantes. Je veille également à ce que l’équipe soit bien focalisée sur la création d’un produit de qualité qui apporte de la valeur et répond aux besoins des client·e·s et des utilisateur·rice·s. 

L’une de mes priorités est de protéger l’équipe de tout élément susceptible de perturber son fonctionnement. Je les aide à surmonter les obstacles qui freinent leur avancement et les empêchent d’être performant·e·s. Le secret du succès est de rester très proche de l’équipe pour anticiper les dysfonctionnements et trouver des solutions efficaces de manière collective.

Un Scrum Master peut également avoir un rôle de médiateur·rice en cas de désaccords ou conflits et de facilitateur·rice dans la création et le maintien d’une bonne communication avec l’ensemble des acteurs du Produit et la Direction.

Enfin, je m’engage aussi en tant que coach à développer un état d’esprit agile au sein de l’organisation : faire confiance aux équipes, respecter et soutenir leurs décisions et choix technologiques et les laisser accomplir leurs missions en toute autogestion.

Alors que des compétences techniques peuvent être un atout intéressant, elles ne sont pas indispensables. Ce rôle repose beaucoup sur « le bon sens », les soft skills et les qualités humaines qui sont nécessaires pour bien communiquer, collaborer et accompagner les équipes et les structures dans la mise en évidence et la résolution de leurs problématiques. Toutes ces qualités requises correspondent bien à ma personnalité, mon mindset agile et ma façon de fonctionner, ce qui rend mon travail agréable, plaisant, épanouissant et utile à mes yeux.

 

Un mot pour les femmes qui souhaitent se tourner vers le secteur de la Tech

Le secteur de la tech est très prometteur et offre de belles opportunités d’évolution de carrière. Si vous êtes une femme curieuse et motivée, vous trouverez votre place et vous saurez vous épanouir dans ce domaine riche en défis humains et techniques ! À vous de jouer !

 

 

Le saviez-vous ? 1848 : La première convention de Seneca Fall pour les droits des femmes

À New York, les femmes créent la première convention pour les droits des femmes qui rassemble 300 personnes, femmes et hommes. La convention s’achèvera sur la signature de la déclaration de « sentiment » considérée comme l’acte fondateur du mouvement féministe américain.

À l’époque, les femmes s’occupent de la maison et des enfants pendant que les hommes travaillent. Elles ne peuvent ni voter ni être propriétaires, et si elles ont des revenus, ces derniers sont gérés par leurs maris.

La déclaration de « sentiment » construite sur le modèle même de la déclaration d’indépendance des États-Unis affirme le droit pour les femmes d’accéder au statut plein et entier de citoyenne des États-Unis d’Amérique. On y retrouve une proclamation que les hommes et les femmes ont été créés égaux et que les signataires emploieraient tous les moyens à leur disposition pour corriger l’inégalité. Cette déclaration est signée le 19 juillet 1848 par 68 femmes et 32 hommes.

Vous avez trouvé ce contenu intéressant et vous souhaitez en savoir plus ? Cliquez ici !

 

Plus de publications

Experte en chimie industrielle et science des matériaux, titulaire d’un Master de Recherche de l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) et Docteure en Physico-Chimie des Matériaux, Manel Ben Osman a participé durant plusieurs années à faire avancer la recherche à travers des projets R&D académiques et industriels avant sa reconversion dans les métiers de gestion de projets, notamment le scrum mastering.

Articles similaires

3DS OUTSCALE utilise des cookies pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité de ses sites et ainsi que proposer la meilleure expérience possible aux utilisateurs. Vous pouvez autoriser ou rejeter le dépôt de cookies en cliquant respectivement sur « J’accepte » ou « Je refuse »

Vous pouvez changer d'avis à tout moment en cliquant sur l'icône de gestion des cookies en bas à gauche de chaque page de notre site internet.

Pour en savoir plus sur notre politique de confidentialité et modifier vos préférences à tout moment, cliquez sur "Paramètres de confidentialité" (ou "Mes préférences").

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires.
  • wordpress_gdpr_cookies_declined
  • wordpress_gdpr_cookies_allowed
  • wordpress_gdpr_allowed_services