Le Cloud, un tremplin pour les startups de la cleantech ?

par 3DS OUTSCALE
Le Cloud, un tremplin pour les startups de la cleantech ?

Après une crise sanitaire et économique sans précédent, l’heure est à la relance. Le gouvernement français a alloué ses deux plus gros budgets à la protection de l’environnement et au secteur du numérique. Ces deux priorités, portées également par l’Union Européenne, pourraient trouver des synergies grâce à l’émergence de startups, notamment dans le secteur de la cleantech. Dans cette nouvelle équation, le Cloud a-t-il un rôle stratégique à jouer, entre relance économique et bilan bas carbone ? Éclairage.

 

7,1 milliards d’euros, c’est ce que le gouvernement, par l’intermédiaire du secrétaire d’état chargé au numérique Cédric O, a décidé d’investir en faveur du secteur du numérique dans son plan de relance. Il s’agit du deuxième plus gros budget après celui consacré à la transition écologique. Mais il s’agit aussi d’un message fort envoyé aux investisseurs : la cleantech apparaît comme une réponse à la fois économique et écologique qui s’inscrit dans la volonté du Green New Deal portée par la commission européenne.

 

Le Cloud comme réponse économique forte…

L’investissement dans le secteur numérique n’est pas anodin puisqu’il permet en réalité de capitaliser sur les technologies de demain. En effet, l’ambition du gouvernement actuel est de favoriser la construction de 25 licornes pour 2025, c’est-à-dire 25 entreprises au capital de plus d’un milliard d’euros. Alors que la France compte aujourd’hui 14 licornes, ces entreprises permettront le développement de technologies à la fois durables et de rupture qui, demain, relanceront la demande et donc la croissance. Ursula von der Leyen, la présidente de la commission européenne, ne s’y trompe pas en allouant 20% du budget européen au secteur du numérique : « Imaginons un instant cette pandémie sans le numérique. Nous serions tous en quarantaine, coupés de notre famille, de la société et de notre travail, subissant d’énormes problèmes d’approvisionnement », déclarait-elle dans son premier discours annuel sur l’état de l’Union européenne devant le Parlement à Bruxelles le 16 septembre dernier.

Dans ce contexte, le Cloud a un rôle privilégié en étant le fer de lance du secteur numérique dans son ensemble. Le Cloud est en effet au coeur des innovations d’aujourd’hui et de demain en fluidifiant les échanges de données, notamment par l’internet des objets. Celui-ci permet par exemple de relier un système domotique au réseau pour transmettre une grande somme de données personnelles ou publiques à l’utilisateur et ainsi optimiser ses équipements. L’interconnection d’objets physiques ou virtuels grâce au Cloud encourage la mise à disposition de services évolués pour les utilisateurs, comme des informations relatives à leur état de santé, reçues et traitées en temps réel.

Toutes ces données transitent dorénavant sur des serveurs Cloud qui centralisent ainsi les informations et qui offrent de grandes puissances de calcul pour traiter rapidement et efficacement les données reçues. Par ailleurs, le projet de Cloud européen GAIA-X, initié par la France et l’Allemagne, doit permettre d’exploiter toutes les données générées par les entreprises qui sont aujourd’hui largement inutilisées. Un gaspillage économique à l’heure où les données sont considérées comme le nouvel or gris de l’économie de marché, faisant la richesse des GAFA américaines.

 

… Qui répond à un engagement écologique

« L’homme sur la lune » de l’Europe, c’est ce que représente le Pacte vert d’Ursula von der Leyen dont l’objectif est de faire de l’Europe le premier continent écologiquement neutre. Ce Green New Deal prévoit de relancer l’économie par un investissement considérable de 150 milliards d’euros dans les technologies à faible impact environnemental. Le Cloud européen sera ainsi mis à contribution pour amorcer la transition écologique prévue pour 2050. -En effet, le Cloud européen, porté par le projet GAIA-X, devrait permettre de réduire les émissions de CO2 tout en garantissant l’accès à un Cloud souverain pour les entreprises et les nations européennes.

Afin de réduire le bilan carbone, diverses solutions émergent, comme celle portée par la startup Kipsum. Spécialisée dans l’efficacité énergétique des systèmes, la jeune entreprise fondée en 2017 ambitionne de réduire l’empreinte carbone des bâtiments et de l’éclairage public en s’appuyant sur des algorithmes d’intelligence artificielle stockés sur le Cloud. « Grâce à ses capacités de stockage et de calcul, le Cloud nous permet d’analyser un site que nous examinons en temps réel sur une longue période d’observation. Nous appliquons ensuite des méthodes de modélisations physiques et mathématiques pour calculer le meilleur rendement énergétique possible », détaille Rami Abou-Eid, Président de Kipsum. 

 

Allier innovation et développement durable

Si le dispositif connecté convainc les investisseurs c’est grâce à sa simplicité et son adaptabilité aux différents projets : immeubles, éclairages publics, moyens de transport etc… « Nous avons conçu un gestionnaire énergétique connecté et intelligent. Une fois installé, notre produit centralise les données collectées du système et les stocke dans le Cloud. Nos algorithmes vont ensuite appliquer des méthodes d’IA et d’optimisation pour minimiser la consommation énergétique du système sans compromettre ses performances », ajoute Rami Abou-Eid.

Ces nouvelles technologies durables participent ainsi à l’essor d’un monde plus propre en combinant la puissance de la technologie avec une responsabilité environnementale pour favoriser l’émergence d’une véritable conscience écologique chez les utilisateurs. Un recours intelligent au Cloud permet donc de favoriser le développement des acteurs de la cleantech.

Articles similaires

3DS OUTSCALE utilise des cookies pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité de ses sites et ainsi que proposer la meilleure expérience possible aux utilisateurs. Vous pouvez autoriser ou rejeter le dépôt de cookies en cliquant respectivement sur « J’accepte » ou « Je refuse »

Vous pouvez changer d'avis à tout moment en cliquant sur l'icône de gestion des cookies en bas à gauche de chaque page de notre site internet.

Pour en savoir plus sur notre politique de confidentialité et modifier vos préférences à tout moment, cliquez sur "Paramètres de confidentialité" (ou "Mes préférences").

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires.
  • wordpress_gdpr_cookies_declined
  • wordpress_gdpr_cookies_allowed
  • wordpress_gdpr_allowed_services